ASSEMBLEE GENERALE 2010
11 JUIN 2010


Présentation des conférenciers.
Michel Cabal présente les conférenciers.

Le Camp du drap d’Or.
Les fastes

Le roi de France avait installé sa tente royale de drap d'or près des marais d'Ardres. A Guînes, fief anglais, Henri VIII avait fait bâtir le palais de Cristal, un édifice original de bois et de verre aux couleurs des Tudor. Les échanges d'ambassades durèrent une semaine jusqu'à la rencontre des deux souverains le 7 juin 1520. Il avait été convenu qu'aucun des deux rois ne devrait faire plus de chemin que l'autre. Le départ se fit donc au son de l'artillerie afin que chacun ait connaissance du départ de l'autre. Parés de leurs plus beaux atours, François ler et Henri VI se témoignèrent une chaleureuse amitié. Les banquets succédèrent aux joutes, on donna une messe à laquelle les deux souverains assistèrent côte a côte au son des chants religieux, scrupuleusement repartis entre chants français et chants anglais. Et pourtant, tous ces soins, tout ce déploiement de richesses se révélèrent inutiles pour le royaume de France, puisque dès le lendemain Henri VIII traita avec l'empereur Charles-Quint.

Le souvenir

Une peinture de l'école d'Holbein dans un château anglais, des bas-reliefs Renaissance au palais de justice de Rouen, des lithographies du XIXeme siècle, une scène au musée Grévin évoquent le souvenir du Camp du Drap d'or... On attendait le monument. A la fin des années 1960, un comité du Camp du Drap d'or avait été créé pour commémorer la rencontre de François ler et d'Henri VIII, en juin 1520, à Balinghem, au bord de la route qui mène d'Ardres a Guînes - alors anglaise -, a mi distance de ces deux petites villes. Ce comité réunissait des personnalités du Calaisis, des hommes politiques du Nord-Pas-de-Calais et des historiens fervents de l'Europe. Il était animé par François de Saint-Just, chef d'une famille patricienne de l'Ardrésis, passionné de son pays et ancien maire d'Ardres (1933-1936). Il était coprésidé par 1'ambassadeur de France en Angleterre et celui d'Angleterre en France, sous le patronage des ministres des Affaires étrangères des deux pays.
Le comité avait surtout pour but d'ériger un monument du souvenir. Le sculpteur de Cöetlogon, de Recques, et l'architecte Leduc, de Calais, avaient prévu de construire un monument en pierre de taille, tout en longueur, timbré aux armes de France et d'Angleterre. Projet ambitieux, qui n'eut pas de suite... si ce n'est la simple et pauvre stèle que l'on voit aujourd'hui. Rien, en regard des plus fastueuses fêtes de la Renaissance, qui se déroulèrent ici, il y a près de cinq cents ans.

texte : M. Cabal.


Les conférenciers.
M. Jacques Louf et M. Eric Buy pendant la conférence.

Un public attentif
Un public très attentif pendant la conférence.

Bouterwerk_Friedrich
Peinture de Bouterwerk Friedrich (1806-1867) illustrant l'entrevue du Camp du Drap d'Or le 7 juin 1520.


Les conférenciers reçoivent leur cadeau
Les conférenciers reçoivent le traditionnel cadeau offert par l'ACHA à l'issue de leur intervention.

Un public ravi
Le public à l'issue de l'exposé. On remarque au premier à côté de notre secrétaire, Monsieur Bernard Carpentier Conseiller général du canton d'Ardres.


Lire ce que la presse en dit.... Cliquez pour voir les articles


RETOUR

SOMMAIRE