SORTIE 8 MAI 2005

La ligne de chemin de fer de Calais à Anvin

HISTORIQUE


Dans la « fièvre ferroviaire » du XIXe siècle, le Pas-de-Calais a connu trois grandes étapes. La première était, bien sûr, la construction des grands axes nationaux : Paris-Lille via Arras (1846), Lille-Calais (1848) et Paris Boulogne (1851). À partir de 1848, l'État et le Conseil général entreprirent la construction d'un réseau secondaire « destiné à favoriser la vie économique du département ». Après 1875, le Conseil général finança l'intégralité des travaux du réseau d'intérêt local. Le traité de concession « d'un chemin de fer en voie étroite d'Anvin vers Calais par Fruges, Fauquembergues et Lumbres, Wissocq, Ardres et Guînes » a été signé le 29 décembre 1874.

Même si certains tronçons étaient utilisables avant, il fallut attendre 1882 pour que le train puisse effectuer la totalité du parcours.

reproduction carte 1889

Que de récits pittoresques ou tragiques parsèment les journaux tout au long de l'existence de cette ligne qui a marqué quelques générations On prenait ce train pour se rendre à son travail, visiter un parent, faire ses courses ou même pour prendre un autre train, parfois rejoindre une caserne, mais aussi, pour le plaisir : aller au marché ou à la foire, à la ducasse, à la chasse ou à la pêche, à la mer, à la forêt, à la ville ou à la campagne ; la Caisse des écoles de Calais offrit pendant de nombreuses années un voyage de Calais à Lumbres aux lauréats du vénérable Certificat d'Études Primaires.

Même si ce train a parfois tué, il a rendu tellement de services, contribué à tant de moments agréables, qu'il mérite bien qu'on s'en souvienne et que l'on recherche sa trace encore visible dans le paysage, pendant qu'il en est temps encore...

Caressons du regard les dernières gares encore debout, vite, car nous venons d'apprendre, hélas, que la seule gare de la ligne qui n'a, aujourd'hui encore, jamais cessé de voir passer des trains, celle d'Anvin, va disparaître à jamais, condamnée par la S.N.C.F. et cela en dépit des efforts de la municipalité...



La gare d'Anvin le jour de notre visite ( 8 mai 2005).

QUELQUES DATES

1847

Il est question d'un chemin de fer de Guînes à la tournée d'Ardres, où s'opérerait sa jonction avec la ligne du Nord.

25 janvier 1875

Le Préfet du Pas de Calais dépose pendant un mois à compter de ce jour l'avant projet d'un chemin de fer d'intérêt local à voie étroite d'Anvin à Calais.

Octobre 1878

La souscription aux 5 000 actions du chemin de fer d'Anvin à Calais est entièrement couverte.

13 Août 1879

Première victime : à l'emplacement de la station de Guînes, un éboulement provoque la mort d'un ouvrier de 17 ans : Jules Berquez.

1er Juillet 1882

Ouverture de la section de Saint Pierre à Ardres de la ligne Calais - Anvin.

25 Juillet 1882

Réception des travaux de la section de la ligne d'Anvin à Calais dans la partie comprise entre Lumbres et Guînes.

Avril 1900

Inauguration de l'embranchement Bonningues Licques de la ligne vers le Portel.

7 Octobre

Inauguration du tramway de Pont d'Ardres.

Juillet 1919

Relèvement des tarifs des chemins de fer économiques.

Août 1931

Les trains d'Anvin à Calais vont être éclairés à l'électricité.

Octobre 1932

Une automotrice fait des essais sur la ligne d'Anvin à Calais.

Octobre 1948

Mise en service d'un locotracteur sur les voies ferrées d'intérêt local.

Mars 1950

L'autorail remplace le tortillard.

Octobre 1951

Une nouvelle micheline entre Calais et Lumbres.

28 Février 1955

Ce lundi est le jour du dernier voyage.





Textes : Michel Cabal et Jean-Victor Lossent.
Aquarelles : Claudine Brebion-Cazin.
Copyright B. Lefebvre 2005.