Retour à la page d'accueil
Le moulin de Confosse
Esquerdes (62380)

[Photos]
[Bibliographie]
Liste des moulins

 

Moulin de Esquerdes

 

 Il est difficile de déterminer l’origine des moulins de Confosse, car il y eut plusieurs sites de moulins à eau sur la commune, dont celui de la Poudrerie, aujourd’hui dans un bien triste état. Ce qui est sûr, c’est qu’à l’époque de la Révolution, on compte deux moulins à huile, qui appartenaient à Guillaume Omer Pagart. Deux moulins à huile appartenaient déjà à un Pagart en 1759. En 1800, d’après le cadastre, ils appartiennent à Louis Dambricourt de Saint-Omer.

En 1809, ils sont, semble-t-il, transformés en moulin à farine, et, en 1825, ils appartiennent toujours à Louis Dambricourt et ses frères, marchands de farine. Ils resteront dans cette famille jusqu’à la fin de leur existence. Le site sera constamment agrandi, modifié, modernisé. En 1876, un nouveau moulin est construit, augmenté d’une machine à vapeur vers 1889. Agrandi en 1894, démoli en 1903 puis reconstruit, c’est devenu une minoterie à cylindres.

Elle est reliée à la gare de Wizernes par une voie ferrée. Elle a possédé une roue Sagebien, et une turbine. Les seuls vestiges intéressants sont les vannes du canal de décharge, datées de 1845 et signées "D.F.". Après son arrêt vers 1965, la minoterie est abandonnée et le site n’est plus qu’une ruine informe lorsqu’il est question d’y ériger la Maison du Papier.

Les premiers contacts sont pris dès 1985 par l’Espace Naturel Régional Audomarois avec l’ARAM en vue de réaliser une étude sur les moulins de la vallée de l’Aa. Dans ce but, une convention est signée avec le SMADA (Syndicat Mixte d’Aménagement et de Développement de l’Audomarois) le 7 mars 1986. L’étude sera achevée à la fin de l’année.

Le choix du site de la Maison du Papier est définitivement arrêté par le SMADA. Un concours d’architectes est lancé. Une première réunion, à laquelle l’ARAM est invitée, a lieu le 13 novembre 1990 pour étudier les quatre dossiers retenus. En janvier 1991, l’association est de nouveau sollicitée pour travailler en collaboration avec le cabinet d’architecte retenu : Forêt-Hamiaux.

Une nouvelle convention est signée le 21 juin. La maîtrise d’œuvre des travaux concernant la roue et le vannage est assurée par l’ARAM. Les appels d’offre sont lancés, et le 19 septembre 1992, la première brique est posée par les personnalités publiques. Les travaux débutent dans la foulée, sous la direction énergique de l’architecte.

Le terrain est déblayé, les ruines rasées, les fondations creusées en septembre-octobre. Les murs sont montés en janvier, la charpente en février et la couverture en mars.

La roue à palettes de 7,20 m de diamètre sur 1,40 m de large est installée en 1993. Réalisée en doussié, elle pèse avec l’arbre-moteur 7,5 tonnes. En 1994, c’est au tour des piles à maillets et ses engrenages moteurs, le tout en bois, de prendre place dans le bâtiment. Le tout exécuté d’après les plans de Jean Bruggeman. La Maison du Papier inaugurée le 25 juin 1997, est depuis, ouverte au public.

Textes : Jean Bruggeman



Nos moulinsMoulins d'ailleursNous recherchons