Retour à la page d'accueil
Moulin Loquet
Gravelines (59820)

[Photos]
[Bibliographie]
Liste des moulins



Moulin Loquet à Gravelines
 

Le moulin ne figure pas sur le plan cadastral de 1855. Dans la matrice de mutations, il est indiqué en 1852 comme moulin, ancienne construction non imposée. Ce qui laisse supposer qu'il servit d'abord comme moulin de drainage, ce type d'activité n'étant pas soumis à l'impôt. Il appartenait à cette date à Félix Lefranc-Moisson. En 1859, Auguste Félix Lefranc-Merlen, meunier, lui succède, puis en 1864, Augustin Dutrieux-Duvanchel, cabaretier et cultivateur. Suivront en 1874, Edouard Loquet-Lavallée, cultivateur, puis en 1912, Charles Edouard Lavallée, meunier, et enfin en 1919 son frère Louis Lavallée-Deroy, boucher aux Huttes. Auparavant, il a longtemps été occupé par Alfred Willier, un nom bien connu dans la meunerie à vent de Flandre.

En 1933, le propriétaire refusant d'effectuer des travaux pour le maintenir en activité, le moulin est arrêté. Après la guerre, il est racheté par un architecte qui en fait sa résidence secondaire. Les années passent, le bâtiment, auquel s'ajoutent des appentis, change de propriétaire, et en 1980, il est aux mains de Bernard Vanderbruggen qui va en faire sa résidence principale. Le 17 février 1983 il fait part de son intention de remettre les ailes au moulin. Un arrangement est vite trouvé : une partie des ailes en bois des moulins de Cassel et de Wormhout, démontées en 1982, attendent d'être réinstallées au moulin de Guemps. Or le propriétaire a changé d'avis et préfère des ailes en fer, plus résistantes et plus durables. Elles sont révisées par M. Vanderbruggen et sont installées le 27 août 1984 avec l'aide des charpentiers de moulins Peel. Dans la foulée, la toiture dont les ardoises s'envolent les unes après les autres, est restaurée par les Compagnons du Devoir du Tour de France et le moulin retrouve ainsi sa silhouette d'origine.

Textes : Jean Bruggeman



Nos moulinsMoulins d'ailleursNous recherchons