Retour à la page d'accueil
Le Moulin Blanc
Saint-Amand-les-Eaux (59230)

[Photos]
[Bibliographie]
Liste des moulins


Moulin de Saint-Amand-les-Eaux

 

La commune de Saint-Amand-les-Eaux a compté sur son territoire 22 moulins à vent. Le moulin Blanc est le seul qui subsiste. C'est un énorme édifice qui fut bâti en 1802 par un nommé Vanlooy. Il servait aux deux usages : huile et farine. Il passe par héritage à la famille Davaine-Nicolle qui le vend vers 1905 à Fontaine-Ravez Honoré, garçon-meunier, qui le modernise. Le moulin possédait trois paires de meules qui furent remplacés par des cylindres en 1925. Une machine à vapeur suppléait déjà au manque de vent et fut enlevée par les Allemands en 1918. En août 1920, les ailes sont démontées et remplacées par un moteur à gazogène.M. Lombart-Fontaine Donatien, dernier meunier, cessa son activité en 1952. Abandonné et dilapidé, il ne reste que la tour vide lorsque la commune en devient propriétaire en 1982.

C'est suite à l'exposition organisée par l'ARAM au musée de Saint-Amand-les-Eaux, que le maire de la commune, Maître Donnez, décide de sauver le moulin. Afin d'obtenir des subventions, une demande de classement est sollicitée.

La DRAC refuse mais la DRAE inscrira le moulin à l'Inventaire des Monuments Naturels et des Sites, le 25 février 1988. Une convention de cession de maîtrise d'œuvre est signée entre la commune et l'ARAM le 6 février 1986. Les travaux peuvent enfin démarrer. En 1987, les décombres, accumulés dans la tour, sont enlevés, les poutres des trois étages sont installées, les fissures principales de la tour sont bouchées, le chemin de roulement au sommet est refait. En 1988, la toiture est entièrement reconstruite par Création-Bois, ainsi que l'arbre-moteur et le rouet. Elle est ensuite installée sur la tour au moyen de deux grues, le 27 avril 1988. Les travaux de maçonnerie concernant la galerie circulaire débutent en février 1989. Le moulin reçoit enfin deux couples de meules à huile en granit, provenant de l'huilerie Biebuck-Bonte de Roulers. L'année 1991 ne voit que la fabrication et la pose des portes et des fenêtres. Après près de deux ans d'arrêt, les travaux de maçonnerie reprennent en 1993. Et ce n'est que le 1e juin 1995 que le moulin retrouve ses ailes. Mais depuis il est toujours inachevé.

Textes : Jean Bruggeman



Nos moulinsMoulins d'ailleursNous recherchons