Retour à la page d'accueil
Le moulin à huile
Saint-Vaast-en-Cambrésis (59188)

[Photos]
[Bibliographie]
Liste des moulins


Moulin de Coquelles
 

Construit vers 1857 par Joseph Manet-Dromart, le moulin de Saint-Vaast-en-Cambrésis était destiné à produire de l'huile d'œillette et de lin. Il fonctionne jusqu'aux alentours de 1900, puis est abandonné. Une couverture de zinc, placée après la guerre 1914-18, permet de conserver l'enrayure de la toiture et une partie du mécanisme. En 1981, des contacts sont établis avec les propriétaires, M. et Mme Bisiaux, afin de sauvegarder le moulin, l'un des plus intéressants du Cambrésis.

La commune est sollicité pour le recevoir en don, mais comme elle ne donne pas suite à cette démarche, c'est finalement l'ARAM qui reçoit par donation le moulin et le terrain sur lequel il est bâti. L'acte est signé le 11 janvier 1989.La tour qui subsiste en assez bon état doit néanmoins subir une importante restauration, l'enrayure en chêne de la toiture demeure, mais les extrémités ont malheureusement été coupées. Elle doit donc être remplacée.

Il reste au rez-de-chaussée un couple intact de meules à huile en pierre bleue. Subsiste aussi l'arbre vertical en acier avec un pignon conique en fonte. Avec l'aide d'une subvention du Conseil Régional, les travaux débutent très rapidement. C'est une entreprise associative d'orientation et de réinsertion sociale, Accors Entreprise, employant sept jeunes C.E.S. salariés de l'ARAM, qui réalise les travaux de maçonnerie. L'enrayure de la toiture ainsi que le chemin de ronde en bois sont fabriqués par l'entreprise Création Bois de Villeneuve d'Ascq. Les autres pièces de la toiture, les portes, fenêtres et escaliers sont réalisés dans l'atelier de l'ARAM. En juillet, la toiture, assemblée sur le sol, est couverte de ses bardeaux et le 14 septembre, une grue la dépose sur la tour. Fin septembre, la tranche 90 est terminée. Le 14 octobre, une fête marque la première restauration d'un moulin à vent dans le cambrésis. Le 11 avril 1991 voit l'installation de la queue de 14 m de long par les charpentiers Peel qui ajustent également l'arbre-moteur à sa place. Les travaux du chemin d'accès sont entrepris par un voisin, l'entreprise Descamps qui nous fera don de sa facture. Ils sont achevés dans le courant de l'année 1992, ainsi que la fabrication et la pose du solide portail en fer, réalisé par un artisan du village voisin, M. Richez. L'installation électrique est réalisée par l'entreprise Roland, y compris trois projecteurs extérieurs. 1993 verra la finition de la rénovation avec la pose des ailes en septembre et l'inauguration le 26 septembre. C'est un grand événement pour le Cambrésis qui voit ainsi son premier moulin remis au vent.

Textes : Jean Bruggeman



Nos moulinsMoulins d'ailleursNous recherchons