Retour à la page d'accueil
Drievenmeulen
Steenvoorde (59114)

[Photos]
[Bibliographie]
Liste des moulins


Drievenmeulen moulin de Steenvoorde
 

C'est un ancien "tordoir", originaire de Somain, où il a été érigé en 1774 par Quentin Hennion. C'est donc un moulin à huile, ce qui explique sa forte constitution et sa forme élancée.

 

En 1901, il est racheté par Monsieur Desbonnets, pour en faire don à Emma Dereeper, fille aînée de Fortuné Dereeper. En 1911, il décède et son fils Aimé prend la direction de l'exploitation. Pour peu de temps hélas, car mobilisé durant la Grande Guerre, il est porté disparu en 1915, dans l'offensive de la Marne. Son fils, prénommé Fortuné comme son grand-père, n'a que deux ans, mais sa mère se remarie et, dès l'âge de 12 ans, il commence à aider son beau-père et se prend de passion pour le moulin, passion qui ne le quittera pas de toute sa vie.

 

Un accident survenu en décembre 1938 brise les deux ailes en bois, aussitôt remplacées par des ailes en fer. La tête en fonte également brisée est remplacée par celle provenant du moulin Vanneufville de St Sylvestre-Cappel. Mobilisé peu de temps après, Fortuné sera fait prisonnier et ne rentrera que six ans plus tard. En son absence, sa femme Marie-Louise se fait aider par son frère, Rémy Maes.

 

L'épouvantable tempête du 13 au 14 novembre 1940, qui détruisit plus de vingt moulins, arrache la toiture et les ailes du Drievenmeulen. La tête de nouveau cassée est remplacée par celle de Ledringhem dont le moulin avait été brûlé lors des combats de mai 1940. Les dégâts sont réparés, malgré ces temps difficiles.

 

A son retour de captivité, le meunier retrouve son moulin en bon état et reprend ses activités jusqu'à son arrêt pour raisons de santé, le 16 mars 1974. Il se transforme alors en guide touristique apprécié des visiteurs qui sont de plus en plus nombreux à visiter son beau moulin, qu'il entretient amoureusement.

 

Mais les outrages du temps ne laissent aucun répit. Avec l'aide de l'ARAM, il décide de redonner une nouvelle robe au moulin. Des subventions provenant des Ministères de la Culture et de l'Environnement, une participation de l'ARAM et la contribution du meunier permettent, en septembre 1981, de revêtir l'ancienne robe conservée d'une nouvelle en magnifiques planches de pin d'Oregon longues de huit mètres. Lui-même avait déjà fait réparer la toiture, la face au vent et l'escalier. 

 

Le 4 mars 1987, Fortuné Dereeper nous quitte, rejoint le 23 avril de l'année suivante par sa femme Marie-Louise. Le moulin perd avec eux ses plus ardents défenseurs. En 1988, il est en vente. La ville de Steenvoorde en devient propriétaire en 1993. Les ailes sont démontées à l'hiver 1995 et les travaux de restauration ont lieu en 1996 et 1997. La face au vent et une nouvelle toiture, plus conforme à elle d'origine, reçoivent une couverture en bardeaux de châtaignier. La cavette est entièrement refaite, de même que l'escalier extérieur et les ailes (installées le 18 juin 1997).

 

Le moulin est inauguré le 3 octobre 1998.

Textes : Jean Bruggeman



Nos moulinsMoulins d'ailleursNous recherchons