Retour à la page d'accueil
Le Moulin de la Montagne
Watten (59143)

[Photos]
[Bibliographie]
Liste des moulins


Moulin de Watten

 

Aucun moulin n'a reçu autant de protection juridique que celui de la Montagne à Watten, ne fut-ce que du fait de sa position privilégiée dans un site remarquable. En effet, inscrit dans les Sites une première fois le 15 mai 1933, il le sera de nouveau le 17 avril 1970, puis il sera inscrit à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques le 2 novembre 1977. Il sera encore classé dans les Sites avec la montagne de Watten le 21 novembre 1980.Pourtant il a failli disparaître. Datant du XVIIIe siècle, il avait cessé de travaillait en 1930. Les ailes sont emportées par une tempête en 1937 et en 1940 les allemands enlèvent le mécanisme et rehaussent la tour pour en faire un extraordinaire poste d'observation.

Quarante cinq ans plus tard, le Comptoir Tuillier du Nord en faillite cède enfin le moulin à la commune, qui aussitôt, organise une réunion avec des représentants de la mairie, de l'Association des Amis du Vieux Watten et de l'ARAM. Une convention est signée le 26 janvier 1986 entre la commune et l'ARAM, confiant à cette dernière la maîtrise d'œuvre des travaux, la réalisation des plans et des dossiers de subvention. L'association locale entreprend dans la foulée des chantiers de jeunes pour prendre les relevés de la tour et effectuer les premiers travaux de maçonnerie. Les subventions sollicitées auprès des Ministères de la Culture et de l'Environnement, du Conseil Général et du Conseil Régional sont accordées très rapidement. Et aussi rapidement les travaux sont exécutés : la maçonnerie est complètement révisée, les étages retrouvent leurs planchers, la calotte tournante, refaite par Création-Bois, est installée le 22 octobre 1987, grâce à deux grues, par la société SAMA de Petite-Synthe. Les beaux escaliers sont installés en août 1988 et les ailes le 18 de ce mois par l'entreprise Peel. Le moulin est inauguré le 28 août, et de nouveau le 4 septembre, en présence du Président du Conseil Général du Nord. Cette restauration peut être citée en exemple, comme modèle de parfaite collaboration entre tous les partenaires, et pour la rapidité d'exécution des travaux, étalés sur trois ans depuis l'acquisition du moulin par la commune. Mais le moulin est vide et les touristes, très nombreux et déçus de ne pas voir la farine ni les meules, incitent la commune à entreprendre un deuxième tranche de travaux. En 1993-94, le mécanisme est fabriqué par les charpentiers Peel et, avec les meules fournies par l'ARAM, le moulin, dorénavant complet, peut de nouveau moudre les grains.

Textes : Jean Bruggeman



Nos moulinsMoulins d'ailleursNous recherchons