Retour à la page d'accueil
Le Moulin du Tordoir (Belgique) Hainaut
Wodecq (7890)

[Photos]
[Bibliographie]
Liste des moulins


Moulin de Ostiches
 

Le moulin du Tordoir est inclus dans un corps de ferme, perdu dans la nature très verdoyante du Pays des Collines, non loin de Renaix. Le bâtiment à la belle architecture du 18e siècle abrite un ensemble de trois paires de meules, avec nettoyeur et bluterie complets, le tout actionné par un mécanisme classique, en fonte, situé dans une belle rotonde, une construction typique de la deuxième moitié du 19e siècle.

Et comme son nom l’indique, on y trouve encore de nombreux éléments de l’ancienne utilisation du moulin depuis son origine jusque la guerre 14-18 : la fabrication de l’huile.

En particulier, les meules en belles pierres bleues du pays, des etreindelles, des bacs en cuivre, la plaque du fourneau, etc., le tout, tout à fait susceptible d’être réinstallé et de retrouver une vie. A l’extérieur, la ventellerie en pierre de taille est encore existante, à part les vannes qui sont disparues, cependant les éléments métalliques sont toujours sur place. Seule la roue métallique en ruine est à refaire complètement mais le modèle est là.

C’est donc un patrimoine d’une grande valeur historique et technique que les propriétaires, M. et Mme Delfairière-Vandesande et leurs enfants, décident de préserver et d’ouvrir au public, avec l’aide de l’écomusée du Pays des Collines. Une exposition est organisée par le musée de Lahamaide, avec notre concours pour la partie huile. Inaugurée lors de la Journée du Patrimoine du 8 septembre 1996, elle obtient un grand succès, marquant le début du renouveau du moulin.

Des démarches sont entreprises afin d’obtenir des subventions pour refaire la roue. Un premier devis est établi par une entreprise voisine, et devant l’enthousiasme communicatif de la famille, le 6 mai 1999, les relevés de la roue et du vannage sont effectués, suivi des plans. Un autre devis est sollicité auprès d’une entreprise de Saint-Amand-les-Eaux pour la seule fabrication de la roue, et auprès d’un charpentier de moulin pour son installation, la remise en place des vannes, la remise en état de fonctionnement d’une paire de meules.

En septembre 99, le dossier est instruit et à la Noël les propriétaires apprennent la bonne nouvelle de l’accord par les instances administratives pour la réalisation des travaux, et l’obtention, dans le cadre du programme européen Leader II, d’une subvention couvrant la presque totalité du coût des travaux, et non seulement la roue comme prévu à l’origine. Une fin d’année qui se termine par un beau cadeau de Noël.

L’intervention de l’ARAM a été un élément non négligeable dans ce succès. En effet, le coût de l’opération a été diminué par 3, permettant ainsi de remettre en marche une meule et non seulement la roue.

Fabriquée à Saint-Amand-les-Eaux par l’entreprise SOLESPAM, la roue est amenée sur place le 10 août 2000, et montée le 16 août suivant par le charpentier de moulin Eric Vanleene. Celui-ci avait, auparavant, refait toute la denture du hérisson, dégrippé les engrenages, paliers et coussinets, rhabillé la paire de meules à farine, remis d’aplomb l’arbre moteur et renouvelé le palier extérieur complètement usé.

C’est donc un moulin vivant qui est inauguré lors de la Journée du Patrimoine, le 9 septembre 2000, à la grande joie de tous. Depuis, chaque année, la famille organise une fête en août, accueillant des artisans présentant des produits du terroir, et un nombreux et fidèle public.

Textes : Jean Bruggeman



Nos moulinsMoulins d'ailleursNous recherchons