Retour à la page d'accueil
Le Moulin Deschodt
Wormhout (59470)

[Photos]
[Bibliographie]
Liste des moulins


 

Moulin de Wormhout

 

C'est devant le notaire Elleboode à Cassel que le 8 janvier 1756, le fermier Ignace Coudeville et le maître charpentier de moulins Philippe François Desmyttere signent le contrat de construction du moulin. Ce dernier s'engage à le livrer pour le 1e août de la même année, mais le bois doit être abattu, scié et transporté sur place par le propriétaire.Le prix convenu est de 122 livres de gros flandre, pierres, ferrures et clous non compris.

L'imposte du moulin porte la signature du Charpentier et celle de son père.
Le rouet comporte également les initiales ci-dessous dans les quatre goussets.
" GEMAAKT DOOR INGELBERTUS MARTYNUS ENDE PHILLIPUS FRANCOIS DE SMYTTERE 1756

1. IHS MAR 1756
2. I:G: C:V:
3. I:M: D:S:
4. P:F: D:S: "

Un recensement des moulins datant de 1780 le mentionne sous le nom Ondankmeulen. Est-ce à dire qu'il y eu une querelle entre les deux cosignataires de l'acte de 1756 ? on ne sait pas. Toujours est-il que l'appellation Moulin de la Briarde souvent utilisée, à tort, est fausse, puisqu'il s'agit d'un autre moulin situé à quelques kilomètres du moulin Deschodt. Cependant ce sont les derniers meuniers qui vont attachés leur nom au moulin. Tout d'abord Abel Deschodt qui sauve l'édifice en l'acquérant en 1921, après quelques années d'abandon, suite aux décès des meuniers Beyaert morts à la guerre. Il va le rénover complètement, lui donnant sa silhouette actuelle. La bluterie avec son appentis date de 1926. Il ajoute différents moteurs : un semi-diesel avant 1939, une locomobile à vapeur durant la guerre, et après celle-ci, un moteur électrique de 25 CV, tous conservés. Élu président de l'Association des Meuniers du Nord et du Pas-de-Calais, il se battra avec acharnement pour sauvegarder la profession de meuniers à façon et les moulins de Flandre. En 1966, se sentant impuissant pour entretenir seul le moulin, il en fait don à la commune. Après sa mort, survenue le 4 décembre 1967, son fils Maurice poursuit son activité de mouture des céréales secondaires, la fabrication de la farine ayant cessé en 1963. Le souhait de Maurice est de pouvoir de nouveau tourner au vent, mais les ailes, malgré leur renouvellement en 1968, ne peuvent tourner. L'ARAM ne pouvait rester insensible à cet appel et en 1977 les démarches débutent pour convaincre la commune de redonner vie aux ailes, et pour trouver le financement nécessaire. En vue de sensibiliser les habitants, une fête est organisée en 1978 conjointement par l'association et la commune avec l'aide de la Région. Elle obtient un vif succès et une recette de 10 000 F est mise de côté. Après une longue attente pour obtenir l'accord de la municipalité, les demandes de subventions, effectuées par l'ARAM, sont engagées. En 1981, le plan de financement est bouclé. L'ARAM obtient entière satisfaction. Grâce aux crédits des Ministères de la Jeunesse et des Sports, de l'Environnement, de la Culture et de l'Agriculture, et, du Conseil Général du Nord, les travaux peuvent être engagés. Les ailes sont remplacées par de nouvelles en métal, capables de fonctionner. Le pignon de vent et un pan de la toiture ainsi que la cavette sont refaits entièrement. La queue remplacée, l'escalier restauré, un nouveau treuil installé, le moulin peut de nouveau pivoter et moudre avec le vent dès 1983. l'inauguration a lieu le 8 octobre. Depuis, la maison du meunier a été acquise par la ville ainsi que son mobilier en vue d'en faire un musée. Malheureusement, Maurice Deschodt, décédé le 11 février 1993 des suites d'une cruelle maladie, ne sera plus là pour veiller sur cet ensemble unique.

Textes : Jean Bruggeman



Nos moulinsMoulins d'ailleursNous recherchons