Séraphin de Noyelles-les-Seclin

La petite commune de Noyelles-lez-Seclin (Nord) connaît aujourd'hui sa quatrième mairie. La première, objet de l’histoire qui suit, a été construite au XVIIIème siècle et existe toujours. Composée d'une salle échevinale, d'un greffe, d'un corps de garde, d'une remise et de deux cellules, elle fut utilisé pensant plus de 200 ans, jusqu'en avril 1976. Devenue trop exiguë, elle abrite aujourd'hui le petit musée de la commune.

Avant sa construction, les échevins nommés par le seigneur du village Louis Séraphin du Chambge se réunissaient dans une halle (on dirait aujourd'hui un café), propriété dudit seigneur. Dans leur plaid (assemblée) du 19 août 1773, ils décidèrent de construire un nouvelle halle échevinale, pour la somme de 240 florins empruntés à Monsieur le Baron de Noyelles (la seigneurie avait été érigée en Baronnie en 1772).

Lorsqu'en 1773, les échevins du village décidèrent de rembourser le coût de la construction, le contrat prévoyait que le baron ferait en contrepartie l'acquisition d'une cloche d'alarme et que la communauté villageoise devrait fournir le cordon.

C'est le souvenir de cet accord qui a servi de thème à la construction du géant.

Louis-Séraphin  Réalisé par des bénévoles du Comité d'Entraide et de l'Amicale Laïque, il fit sa première apparition le 28 juin 1981. Louis-Séraphin représente, en habit Louis XV, le baron village Louis Séraphin du Chambge, dernier seigneur du village. Géant poussé, de plus de 4 m de haut, il est un des rares géant aux jambes apparentes. Il porte une énorme cloche qui cache le pousseur. Lors de ses sorties il est suivi d'un groupe de paysans et paysannes en costume flamand portant comme convenu la corde de la cloche.