Pas-de-Calais

Béthune

     

accès à la liste
des fondeurs

retour au tableau général

accès au
glossaire

           


étendue du carillon de Béthune : 37 cloches - 2.568 kg

 

oct. 2

octave 3

octave 4

octave 5

octave 6

octave 7

oct. 8

OOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOO


échelle de comparaison ci-dessous : carillon du beffroi de Douai : 62 cloches - 18.000 kg

OOOOOO

OOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOO

 


f grave                               O : cloche présente   -   O : cloche absente                     aigü  g
 

pour info ci-dessous : 1 octave chromatique = 12 cloches = 12 notes

do

do#

ré#

mi

fa

fa#

sol

sol#

la

la#

si

 

Béthune, ville essentiellement féodale, dominée par des seigneurs puissants et jaloux de leur autorité, n'obtient que tard un beffroi ; en vain les échevins existaient dès le commencement du XIIIe siècle, en vain Daniel, partant pour la Croisade, avait concédé aux habitants une charte de commune maintes fois confirmée par ses successeurs ; la ville n'avait point encore cet ornement si envié des cités du Nord. Toutefois en 1346, Eudes, Duc de Bourgogne et Jeanne de France, Comtes d'Artois et Seigneurs de Béthune, accordèrent par lettres patentes du 27 octobre aux bourgeois de cette cité l'autorisation de construire un beffroi, d'y mettre des cloches et d'y joindre des prisons municipales pour les bourgeois seulement ; le geôlier était à la nomination du Comte ou de ses officiers et le profit du geôlage devait leur appartenir.

Rien n'égalait l'originalité de cette construction ; sur quatre piliers autour desquels on pouvait librement circuler, s'élevait une tour aussi élégante que hardie mesurant trente mètres de hauteur avec, aux angles, des tourelles à six pans. Une des tourelles renferme un escalier à vis de marches en grès. En 1388, le beffroi était isolé au milieu du grand marché. Plus tard, les particuliers, "moyennant un canon de douze sols par chaque pied carré de terrain", eurent le droit d'adosser contre le beffroi des constructions en planches qui, plus tard encore, furent remplacées par des maisons.
De guerres en incendies, d'incendies en tempêtes, de tempêtes en guerres à nouveau, les beffrois se sont succédé laissant la place à l'édifice que nous pouvons voir aujourd'hui planté au milieu de la grand-place, dégagé, comme à l'origine.

 

Succédant à une construction en bois, l'actuel beffroi est construit en 1388 avec le grès tiré des carrières locales. Rehaussé d'un étage au XVe siècle, il reçoit au XVIe siècle un campanile de 17 mètres portant à 47 mètres la hauteur totale de l'édifice.

Quatre niveaux se succèdent abritant, au premier étage la salle des gardes, au deuxième celle du veilleur; au troisième se logent les poids de l'horloge et le quatrième abrite l'horloge elle-même ainsi que le carillon et son clavier.

En 1546 les échevins font installer dans le beffroi un ensemble de 6 cloches que Charles Quint aurait, dit-on, complété par d'autres prises à Thérouanne lors de la destruction de la ville : telle serait l'origine du premier carillon. En 1773, Philippe Le Corsin sort de ses ateliers lillois un carillon de 36 cloches, anéanti par la suite pendant la Grande Guerre.

Beffroi inscrit par l'UNESCO le 15 juillet 2005 au 'Patrimoine mondial de l'humanité

photo : Marc HECQUET

Il existe un autre instrument, méconnu des béthunois, installé en 1928 par Louis Bollée, fondeur au Mans, lors d'une reconstitution du carillon. Les 28 cloches de cet instrument aujourd'hui muet sont installées "en montre" au milieu de la flèche, sous le deuxième chemin de ronde.
En 1920 le beffroi est restauré par Degez, architecte de la ville, qui rénove entièrement le campanile, l'horloge et ses cadrans, les abat-son, les huisseries et même certains plafonds en béton.Il faut attendre 1951 pour qu'un nouvel instrument de 35 cloches, sorti des ateliers Paccard, soit hissé en haut de la tour majestueuse. Il est complété par Pierre Paccard en 1988.
Situé au niveau des abat-son principaux sur les trois étages d'un beffroi métallique, il compte 37 cloches. Il est relié, vers le de bas au clavier du carillonneur, vers le haut au cylindre de ritournelle

 

Beffroi communal

37 cloches

fondeurs

Alfred PACCARD (1951)
Pierre PACCARD (1988)

voir la liste

poids total 2.568 kg
tessiture do4, puis chromatique à do7
battants intérieurs et extérieurs - boules soudées sur tiges

installation

commande manuelle clavier manuel en do 49 touches et pédalier 18 touches Paccard (1988)
transmission fil d'acier inox, abrégé et équerres
cylindre mécanique diam 1,20 m

audition

ritournelles

tous les 1/4 d'heure, de 8 h. à 20 h
Heu : Tyrolienne de Guillaume Tell
1/4 : Le furet du bois joli
1/2 : Le p'tit quinquin
3/4 : La chanson du pays d'Artois.

concerts réguliers NC
carillonneur titulaire André DUBOIS : 03 21 56 48 88

visite

horaires sur demande
accès 133 marches

renseignements

Mairie 03.21.63.00.00

.../...

 

Un carillon ambulant à clavier manuel a été réalisé à Béthune en 1988. I est composé de 38 cloches Louis et Joseph Paccard de 1938 provenant de l'Eglise Saint-Christophe. Rachetées à la paroisse par l'association Polyphonia, elles sont complétées de 10 cloches Petit & Fritsen pour constituer le second carillon ambulant de la région... et de France.


étendue du carillon ambulant
"Christophe" : 48 cloches - 2.255 kg
 

oct. 2

octave 3

octave 4

octave 5

octave 6

octave 7

oct. 8

OOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOO


échelle de comparaison ci-dessous : carillon du beffroi de Douai : 62 cloches - 18.000 kg

OOOOOO

OOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOO

 


f grave                               O : cloche présente   -   O : cloche absente                     aigü  g
 

pour info ci-dessous : 1 octave chromatique = 12 cloches = 12 notes

do

do#

ré#

mi

fa

fa#

sol

sol#

la

la#

si


Carillon Ambulant "Christophe"

48cloches

fondeurs Louis & Joseph PACCARD (1938)
Petit & Fritsen (1988)
poids total 2.255 kg
tessiture do4, ré4 puis chromatique à do8
battants intérieurs - boule fonte d'acier

installation

commande manuelle

clavier manuel 48 touches et pédalier 21 touches Petit & Fritsen (1988)

transmission cables d'acier, équerres

renseignements

Association Polyphonia 03 21 56 48 88