Nord

Bouchain

     

accès à la liste
des fondeurs

retour au tableau général

accès au
glossaire

           


étendue du carillon de Bouchain : 18 cloches - 909 kg

 

oct. 2

octave 3

octave 4

octave 5

octave 6

octave 7

oct. 8

OOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOO


échelle de comparaison ci-dessous : carillon du beffroi de Douai : 62 cloches - 18.000 kg

OOOOOO

OOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOO

 


f grave                               O : cloche présente   -   O : cloche absente                     aigü  g
 

pour info ci-dessous : 1 octave chromatique = 12 cloches = 12 notes

do

do#

ré#

mi

fa

fa#

sol

sol#

la

la#

si

 

plan de Bouchain
XVIIIèle siècle

Du premier carillon de Bouchain on ne sait rien, si ce n'est qu'il fut détruit au cours d'un incendie le 4 septembre 1580 avec toute la partie haute de la ville.
Nous savons par ailleurs qu'en 1629 le gouverneur de Bouchain M. de Carondelet fit refaire l'église et sa tour mais aussi
« refondre les cloches du carillon et en ajouter quatorze aux dix-huit anciennes ».

D'après l'extrait des comptes de l'église paroissiale, nous pouvons lire :
« A Jean de Terrache, serrurier, pour avoir livré tout les ferrailles qu'il a convenu avoir, pour pendre et accommoder les XIIII nou-velles cloches luy a este payé IIIIXXXII libvres XVII sols VI deniers 1629 ».

Il semble qu'à ce carillon de 32 cloches on adjoindra ultérieurement des cloches plus lourdes pour les besoins du culte, vraisemblablement fondues en 1719, par . & I. Chevreson.

Pendant la tourmente révolutionnaire, une seule d'entre elles sera envoyée pour être convertie en monnaie à Douai. Cela ne semble pas suffire à certains : on peut lire dans une lettre du Général Chapuy du 6 décembre 1793 :

« les cloches pendent encore à Bouchain et étourdissent les patriotes, ce qui est contraire à l'arrêté du 22 germinal an IV relatif à l'interdiction de la sonnerie des cloches ». Il est attesté que ce carillon fonctionnait avec un cylindre de ritournelle ainsi qu'au moyen d'un clavier à bâtons et ce pendant les XVIIIe et XIXe siècles.
Nul ne sait si l'ensemble campanaire est détruit au cours de la première guerre mondiale ou si l'on restaure le carillon, mais en 1926 les 32 cloches sont remplacées (28 pour le carillon et 4 cloches de volée).
Les cloches de volée sortiront indemnes de l'effondrement du clocher à la suite du bombardement allemand en 1940 et seront discrètement mises à l'abri...
Aujourd'hui on trouve dans le clocher de l'église nouvelle un ensemble de 21 cloches installées sur un double beffroi métallique portant également 3 cloches de volée de 1926, fondues à Brest par Maurice Gripon, ainsi qu'un ensemble de 18 cloches disposées sur cinq niveaux formant carillon et fondues à Annecy-le-Vieux par Alfred Paccard en 1950.

La mélodie principale parmi les quinze mélodies tintées par le carillon est la chanson traditionnelle française "Malbrough s'en va-t-en guerre".

 

Eglise Saint-Quentin

18 cloches

fondeur

Alfred PACCARD (1950)

voir la liste

poids total 909 kg
tessiture sol4, puis chromatique à do6
battants extérieurs - boules vissées surt tige

installation

transmission électrique
automatique électrique Willot (1985)

audition

ritournelles

tous les 1/4 d'heure, de 8 h. à 20 h