Nord

Esquelbecq

     

accès à la liste
des fondeurs

retour au tableau général

accès au
glossaire

           


étendue du carillon d'Esquelbecq : 19 cloches - 912 kg

 

oct. 2

octave 3

octave 4

octave 5

octave 6

octave 7

oct. 8

OOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOO


échelle de comparaison ci-dessous : carillon du beffroi de Douai : 62 cloches - 18.000 kg

OOOOOO

OOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOO

 


f grave                               O : cloche présente   -   O : cloche absente                     aigü  g
 

pour info ci-dessous : 1 octave chromatique = 12 cloches = 12 notes

do

do#

ré#

mi

fa

fa#

sol

sol#

la

la#

si

 

Dédiée à Saint-Folquin, quinzième évêque de Thérouanne mort à Esquelbecq en décembre 855, l'église d'Esquelbecq, dont le plan a beaucoup évolué jusqu'au XVIIe siècle pour devenir une hallekerke, a été presque totalement détruite par un gigantesque incendie au milieu de l'année 1976. Le carillon qu'elle contenait, un des plus anciens de France, avait été fondu en 1586 par Marc de la Serre à la demande de Valentin de Pardieu, seigneur d'Esquelbecq qui y fit graver ses armoiries et sa fière devise : « Vaincre ou mourir ».

En 1977, la ville fait appel à Luigi Bergamo de la fonderie Cornille-Havard qui signera un de ses premiers instruments en fondant le carillon de 19 cloches en place aujourd'hui.
La moitié de l'instrument est disposée sur cinq niveaux, "en montre" sur la façade de l'église rebâtie. La seconde moitié est disposée en arrière de la première sur un beffroi métallique. Toutes les cloches portent la reproduction d'un joli petit sot de la ghilde, une main sur la hanche, l'autre tenant une petite clochette. On remarque des sonnailles aux pans de son veston ainsi qu'au dessus de ses souliers.

Eglise Saint-Folquin

19 cloches

fondeur

CORNILLE-HAVARD (1977)

voir la liste

poids total 912 kg
tessiture ré4, puis chromatique à sol#5
battants extérieurs - boules fonte d'acier soudées sur tige

installation

commande manuelle clavier piano en sol manuel 25 touches
transmission électrique
automatique électrique tambour de cuivre DTIEM Mamias (1976)

audition

ritournelles

de 8 h. à 20 h
Heu
:
Adieu Esquelbecq, adieu beau carillon
1/2 : Reuzelied (le chant du Reuze)