Nord

Le Cateau-Cambrésis

     

accès à la liste
des fondeurs

retour au tableau général

accès au
glossaire

           


étendue du carillon du Cateau-Cambrésis : 26 cloches - 1.877 kg

 

oct. 2

octave 3

octave 4

octave 5

octave 6

octave 7

oct. 8

OOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOO


échelle de comparaison ci-dessous : carillon du beffroi de Douai : 62 cloches - 18.000 kg

OOOOOO

OOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOO

 


f grave                               O : cloche présente   -   O : cloche absente                     aigü  g
 

pour info ci-dessous : 1 octave chromatique = 12 cloches = 12 notes

do

do#

ré#

mi

fa

fa#

sol

sol#

la

la#

si

 

L'hôtel de ville qui date du XVIe siècle a été construit sous l'épiscopat de Robert de Croy (1519-1556). Quant au beffroi lui-même, alors que le devis et l'achat des pierres furent faits en 1698, la pose de la première pierre n'eut lieu qu'en 1705, sous l'épiscopat de Fénelon.

Le premier carillon, fondu par un certain Martin en 1714, a certainement été conçu pour être relié à une horloge ainsi qu'un cylindre de ritournelle si l'on en croit les comptes de la ville : "L'horlogeur s'engage à livrer tout ce qui regarde la construction de l'horloge et à faire un ouvrage durable et bien conditionné. Il fera les aiguilles qui marqueront les heures sur les quatre quadrans et les roues qui leur donneront les mouvements convenables, les marteaux et tout ce qui sera nécessaire pour faire sonner le carillon, les heures, les demi-heures et les quarts sur les cloches que Messieurs du Magistrat livreront...".

Depuis sa construction, la cloche du beffroi sonnait pendant un quart d'heure à grande volée, la retraite à neuf heures du soir, tant en été qu'en hiver... Trois fois par semaine, les lundi, jeudi et samedi, la même cloche tintait à une heure de relevée pendant un quart d'heure, pour inviter les habitants à balayer les rues. Le carillonneur, moyennant une modeste rétribution, annonçait par la voix des cloches du beffroi les naissances et les mariages à la population.
Aujourd'hui c'est un carillon fondu par Causard à Colmar en 1933 qui occupe, sur cinq niveaux, l'espace très étroit de la chambre des cloches, dans la partie supérieure du beffroi restauré en 1925.
Tintées au moyens d'électro-tintements, les 26 cloches donnent chaque heure une mélodie chère aux Catésiens : « le menuet de Mignon ».

Beffroi de l'Hôtel de Ville

26 cloches

fondeur

CAUSARD (1933)

voir la liste

poids total 1.877 kg
tessiture sol3, do4, sol4, puis chromatique à sol6 (sauf mi5)
battants extérieurs - boules fonte d'acier soudées sur tige

installation

commande manuelle (HS) clavier piano 30 touches
transmission électrique
automatique électrique BTE4 Bodet (1985)

audition

ritournelles De 8 h. à 20 h.