Nord

Maubeuge

     

accès à la liste
des fondeurs

retour au tableau général

accès au
glossaire

           


étendue du carillon de Maubeuge : 28 cloches - 5.090 kg

 

oct. 2

octave 3

octave 4

octave 5

octave 6

octave 7

oct. 8

OOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOO


échelle de comparaison ci-dessous : carillon du beffroi de Douai : 62 cloches - 18.000 kg

OOOOOO

OOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOO

 


f grave                               O : cloche présente   -   O : cloche absente                     aigü  g
 

pour info ci-dessous : 1 octave chromatique = 12 cloches = 12 notes

do

do#

ré#

mi

fa

fa#

sol

sol#

la

la#

si

 

Réfugié dans le « Bois Maudit », « Malbodium », Aldegonde, originaire d'une famille de Cousolre, y fonda en 646 un monastère qui fut à l'origine de la cité. Maubeuge joua dans l'histoire du Hainaut et de la France une influence très grande tant du point de vue religieux que du point de vue militaire : par son monastère de chanoinesses, elle rayonna spirituellement jusqu'en Allemagne, et par sa position stratégique sur les bords de la Sambre, elle devint une forteresse militaire.

Un incendie détruit en 1815 la vieille église de Maubeuge et son carillon. L'édifice qui la remplace est à son tour la proie des flammes en 1940, par fait de guerre.

L'église actuelle, d'architecture contemporaine, est l'œuvre d'André Lurçat, qui dessine le bâtiment dans la perspective bien particulière que lui dictent ses opinions : l'édifice sera transformé en salle de meeting après le déclin imminent de la religion ! La mosaïque qui orne le porche est due au célèbre peintre et frère de l'architecte, Jean Lurçat.

En 1952, 3 cloches de volée de 1.700, 1.000 et 700 kg sont commandées au fondeur alsacien Causard ; elles resteront installées sur les remparts de la ville pendant la durée des travaux de construction de l'église. Dix ans plus tard, en 1962, Causard fond une quatrième cloche de 400 kg.

L'année 1965, qui marque le 150ème anniversaire de l'agonie du premier instrument, sera également celle du renouveau campanaire à Maubeuge.
 

Sous la houlette de Louis Pronier, Maubeugeois depuis sept générations, un comité se mobilise afin de rétablir le carillon et 19 cloches sont installées par la fonderie Paccard.

En 1967 un nouvel effort permet de compléter l'ensemble par 3 dièses. En 1975, la Guilde des Carillonneurs de France tient son congrès annuel à Maubeuge et, sur le conseil de Jacques Lannoy, un clavier manuel est installé, ainsi que 2 nouvelles petites cloches qui portent l'instrument à 2 octaves chromatiques

Le travail d'installation fut très délicat, car il fallait placer les cloches du carillon au dessus des 4 grosses cloches (qui étaient déjà en place depuis 1958) sans toutefois déplacer ces dernières, ce qui aurait rendu le travail encore plus difficile et coûteux. Seules les quatre cloches graves sont reliées au pédalier. Un autre clavier, électrique à 22 touches, permet de faire tinter l'instrument depuis le fond de l'église.

carillon de Maubeuge

 

Eglise Saint-Pierre et Saint-Paul

28 cloches

fondeurs

3 cloches CAUSARD (1965)
(+ 1 cloche non reliée au carillon)
25 cloches Alfred PACCARD (1975)

voir la liste

poids total 5.090 kg
tessiture do#3, mi3, fa#3, la3, ré4, mi4, fa4, puis chromatique à ré6
battants intérieurs et extérieurs - boules fonte d'acier soudée sur tige

installation

commande manuelle double clavier à baton  manuel 24 touches et pédalier 4 touches Causard (1965)
clavier piano 22 touches Mamias (1959)
transmission électriques, fil d'acier, équerres
automatique électrique Horloge 2002 Mamias (1985)

audition

ritournelles

à l'heure, de 9 h. à 20 h
Heu : Le credo du paysans
1/4 : Hymne à Sainte Aldegonde
1/2 : Ave Maria
3/4 : La Mabusienne.

concerts réguliers  
carillonneur titulaire  

visite

horaires sur demande
accès 162 marches

renseignements

Mairie 03.27.53.75.75