Nord

Roubaix

     

accès à la liste
des fondeurs

retour au tableau général

accès au
glossaire

           


étendue du carillon de Roubaix : 38 cloches - 16.700 kg

 

oct. 2

octave 3

octave 4

octave 5

octave 6

octave 7

oct. 8

OOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOO


échelle de comparaison ci-dessous : carillon du beffroi de Douai : 62 cloches - 18.000 kg

OOOOOO

OOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOO

 


f grave                               O : cloche présente   -   O : cloche absente                     aigü  g
 

pour info ci-dessous : 1 octave chromatique = 12 cloches = 12 notes

do

do#

ré#

mi

fa

fa#

sol

sol#

la

la#

si

 

L'église Saint-Martin de Roubaix, le plus ancien monument de la ville, construite au XVIe siècle et restaurée en 1850 a certainement connu un des plus anciens carillons de la région. Les noms de fondeurs tels Jean Sanin (fondeur à Lille en 1612), Jean et Toussaint les Aubertins (saintiers venus de Lorraine au XVIIe siècle) ou Cavilliers (fondeur à Amiens en 1824) ont rendu célèbre le carillon de Roubaix. A l'exception du bourdon fondu par Vandaele à Tournai en 1762 (la#2, 3.50 kg) ces instruments disparaissent tour à tour après les incendies, la Révolution de 1789 et la première guerre mondiale.

En 1928, un comité présidé par l'industriel Georges Motte, confie la fonte du nouveau carillon aux Etablissements Paccard qui livrent l'instrument en 1929.
Des deux projets proposés à la municipalité, l'un en profil léger, le second en profil lourd, ce fut hélas le profil léger qui fut retenu à l'exception des 7 cloches graves.
L'ensemble campanaire est disposé sur trois niveaux, occupant de manière optimale l'espace disponible de la double chambre des cloches. Les 30 cloches aiguës réparties de part et d'autres de la filerie métallique, sur trois niveaux, dans la chambre supérieure et les 8 cloches graves disposées sur un beffroi en bois dans la chambre inférieure, encadrent le clavier du carillonneur (Eijsbouts) et le cylindre de ritournelle
.

 

Eglise Saint-Martin de Roubaix
Photo A Loubry
Ville de Roubaix

 

 

Eglise Saint-Martin

38 cloches

fondeurs  :

VANDALE  (1762)
Louis et Joseph PACCARD
(1928)

voir la liste

poids total 16.700 kg
tessiture la#2, do3, puis chromatique à do6
battants intérieurs et extérieurs - boules fonte d'acier soudées sur tige

installation

commande manuelle (HS) clavier  manuel 37 touches et pédalier 19 touches Eijsbouts (1929)
transmission électrique
cylindre mécanique Eijsbouts (1928) - diam 1.20 m

audition

ritournelles NC