Nord

Villeneuve-d'Ascq

     

accès à la liste
des fondeurs

retour au tableau général

accès au
glossaire

           


étendue du carillon de Villeneuve-d'Ascq : 14 cloches - 154 kg

 

oct. 2

octave 3

octave 4

octave 5

octave 6

octave 7

oct. 8

OOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOO


échelle de comparaison ci-dessous : carillon du beffroi de Douai : 62 cloches - 18.000 kg

OOOOOO

OOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOOOOOOOO

OOOOOO

 


f grave                               O : cloche présente   -   O : cloche absente                     aigü  g
 

pour info ci-dessous : 1 octave chromatique = 12 cloches = 12 notes

do

do#

ré#

mi

fa

fa#

sol

sol#

la

la#

si

 

"Le vendredi 16 février 1917, à quatre heures de l'après-midi, la commandantur a notifié à la Mairie qu'un ordre général de l'armée prescrivait l'enlèvement des cloches et que le travail commencerait le 19, à Ascq. Le 18, le commandant d'Ascq recevait une lettre de M. le Curé, protestation polie mais ferme. Avant d'être expédiée, elle avait été mise sous les yeux de Monseigneur Charost qui l'approuvait en la déclarant conforme, quant aux idées, à celle qu'il venait d'envoyer à Von Heinrick, gouverneur de Lille.

Le commandant d'Ascq n'a pas répondu à cette protestation et dès le lundi matin les soldats ont commencé l'opération sacrilège qui a duré trois jours et pour laquelle il a été fait appel vainement à l'aide des habitants. Le 22, les trois cloches ainsi que les neuf clochettes du carillon ont été déposées dans le jardin Dupire-Lemaire et quelques jours après elles ont été expédiées à Lambersart. Durant la journée qui a précédé leur transport beaucoup de personnes visiblement tristes allèrent leur faire des adieux comme devant une tombe. Plus d'une personne a pleuré".

Extrait du journal du Chanoine Rogé

Ces quelques lignes décrivent avec précision ce qu'un autre curé d'Ascq écrivit cent trente ans plus tôt, en pleine tourmente révolutionnaire : « in a dépindu les cloques ».

Le carillon en place aujourd'hui, fondu par Ernest Leduc à Blanc-Misseron, petite fonderie familiale aujourd'hui disparue, située près de Valenciennes, est disposé sur un beffroi à deux niveaux à l'aplomb des cloches de volée, fondues par Jean Bollée à Orléans en 1966.
Il était relié au cylindre de ritournelle aujourd'hui remplacé par une horloge électronique qui permet de faire tinter « Meunier tu dors » — la mélodie civile et l'hymne de Pâques « Ô filii et fïlae » — la mélodie religieuse.

Eglise Saint-Pierre

14 cloches

fondeur

Ernest LEDUC (1923)

voir la liste

poids total 154 kg
tessiture do5, ré5, ré#5, mi5, fa5, fa#5, sol5, sol#5, la5, la#5, si5, do6, ré6, ré#6
battants extérieurs - boules fonte d'acier soudées sur tige

installation

transmission électrique
automatique électrique Oraria Quartz 419 Willot (1980)

audition

ritournelles tous les 1/2 d'heure, de 8 h. à 20 h.