Mon Généraliste Bien-Aimé

Mon généraliste Bien-Aimé,
Que ta profession soit bénie,
Que ton règne persiste,
Que ta volonté se plie à la mienne,
Que ta toute puissance toujours m’accompagne.

Donne moi aujourd’hui mon Rohypnol quotidien,
Pardonne moi mes manipulations théatrales,
Comme je pardonne moi aussi ton laxisme répété,
Et ne me soumets pas à la tentation
D’une vie libre sans Rohypnol et autres Benzodiazépines ;
Mais délivre moi  à tout jamais de cette vie
Dans laquelle je n’ai pu trouver les secrets et les richesses.


 Prescrivez-vous du Rohypnol et du Tranxène aux toxicomanes ?

 Si cela est le cas, réflechissez bien !
 Dans certains réseaux comme le nôtre à Lille (Généralistes et toxicomanies 59/62), nous estimons que 50 % des overdoses mortelles le sont par association d’Héroïne et de Rohypnol.
 Récemment, un jeune est mort d’avoir associé du Rohypnol à sa dose de Méthadone ...
 C’est le Rohypnol qui est dangereux !
 Nous voyons trop de toxicomanes consommer 4 - 5 Rohypnol 2 mg par 24 heures et parfois plus ....
 Ils l’utilisent comme starter le matin : 1 à 2 comprimé pour démarrer la journée ...
puis 2 à 3 comprimé dans la journée ... et enfin 3 à 4 pour dormir...
 Y a-t-il là la moindre cohérence médicale et pharmacologique ?

 Très nombreux sont les toxicomanes qui nous disent :
“Le Rohypnol, c’est encore pire que l’héroïne. Le sevrage est encore plus difficile et cela rend fou ! Sous Rohypnol, j’ai fait des choses graves que je n’aurais jamais faites sous héroïne...”

 C’est vrai, ils ont raison !
 La définition d’une toxicomanie, d’une addiction, c’est de ne pas pouvoir gérer une consommation d’un produit psychotrope dont on dépend.
Alors quelle contradiction que de leur en prescrire... avec parfois beaucoup de complaisance ! ......
 Je ne dis pas qu’il ne faut pas soigner ou aider les toxicomanes. Il y a des traitements nécessaires, parfois.
 Une substitution peut être proposée. Elle sera pesée dans son indication avec un centre d’accueil, évaluée régulièrement et contrôlée le mieux possible.
 Là aussi les risques de co-prescriptions existent, mais ils sont pesés en équipe et plus limités. Sauf si un généraliste intempestif vient encore s’empresser de prescrire son bon Rohypnol au pauvre toxicomane qui ne dort pas.....
 Il n’ y a pas de substitution au Rohypnol ni au Tranxène ! Cela n’existe pas.
Ces médicaments là sont quasi toujours détournés de leur usage par des personnes incapables de gérer leur consommation, et rendent les jeunes gravement dépendants, très agressifs et les envoient à un risque d’overdose multiplié par 2 ou 3.

       G & T 59/62 : Dr Christian MATTON 1996
 

retour à la page des textes de réflexion

retour à la page d'accueil de G&T 59/62