Kinésithérapie et douleur


Equipe de kinésithérapie


 

KINÉSITHÉRAPIE ET DOULEUR

Le traitement non médicamenteux de la douleur

L'une des facettes de la kinésithérapie

Un des principes de base des kinésithérapeutes est de travailler sous le seuil de la douleur, sachant que celle-ci est un obstacle à une kinésithérapie de qualité. C'est pourquoi bon nombre de techniques de cette discipline, sont aussi antalgiques.

De plus, comme le souligne l'étymologie du mot kinésithérapie (traitement par le mouvement) le kinésithérapeute lutte contre l'immobilité et ses effets (escarres, rétractions, troubles circulatoires...> et de ce fait lutte contre la douleur.

il existe des techniques antalgiques pures, mais aussi de nombreuses autres techniques qui agissent à un moment ou à un autre sur la douleur comme la mobilisation.

Techniques antalgiques pures :

Ces techniques sont :

  • .les massages(Pétrissage , Pression-glissée , Friction , Cyriac* , DLM , Massage veineux et ponçage)
  • Les effets des massages sont : le relâchement musculaire , l'assouplissement des tissus ,
  • la suppression des adhérences , et la diminution de l'excitabilité nerveuse.
     
     

    .la relaxation :

    Jacobson , Schultz et la sophrologie .

    Ces techniques ont pour effet : la diminution des tensions musculaires , la gestion du degré de tonicité

  • par la suggestion et le déplacement dans différents niveaux de vigilance .

  • .la physiothérapie :
  • elle inclut : la fangothérapie(chaleur) , la balnéothérapie , la cryothérapie(froid) , l'électrothérapie .

    Ces techniques ont pour effet : le relâchement musculaire , un effet sédatif de l'apesanteur partielle et de la chaleur de l'eau , une vasoconstriction locale (action sur la spasticité , sur les séquelles des lésions traumatiques telles les oedèmes et les hématomes ) ,l'ionisation , ainsi que des effets thermiques en profondeur et en surface .

  • Autres techniques

    Nous n'envisagerons que le cas de la mobilisation, technique de base de la profession.

    La mobilisation a de nombreux atouts elle diminue les contractures, prévient l'enraidissement, l'impotence fonctionnelle et donc la douleur.

    Elle agit également sur la circulation par un effet de pompage. Les tissus sont ainsi mieux irrigués. Elle lutte contre l'oedéme et donc la douleur qu'il occasionne.

    Les contractions musculaires intenses (mobilisation active) déclenchent la libé ration d'endorphines. On parle "d'ivresse du marathonien"

    La mobilisation passive, elle aussi fait intervenir le système endorphinique chez les patients dont le seuil de perception de la douleur est bas.

    Dans la prise en charge de la douleur, le kinésithérapeute tient une place non négligeable au sein d'une équipe pluridisciplinaire. Contrairement aux idées reçues, la séance de kinésithérapie n'est jamais "une séance de torture", bien au contraire, elle doit toujours directement ou indirectement, soulager.